Notre métier, l’innovation

Si nous devions définir en quelques lignes notre métier, voici ce que nous dirions…

Innover c’est changer

Nous travaillons avec ceux qui changent le marché.

Modestement ou radicalement, ils dérangent, perturbent, font ce que d’autres ont essayé sans succès, prennent les chemins de traverse et s’ils réussissent, changent le status quo. L’innovation ne se mesure pas par les brevets, mais par la portée de ce changement.

Nous pensons qu’une chaine de restauration peut être plus innovante qu’un laboratoire pharmaceutique.

Si nous aimons la technologie et reconnaissons son pouvoir transformant, nous ne pensons pas que c’est la réponse. Simplement un outil parmi d’autres.

Il n’y a pas de méthode

Et pour ces innovateurs qui créent des entreprises, il n’y a pas de méthode reproductible, de guide en sept étapes vers le succès, de système informatique expert, de questions magiques ou de parcours types. Il leur faut apprendre et créer de toute pièce leur propre trajectoire.

Ce sont les hommes qui portent les projets, leurs expériences, leur vision, leurs erreurs et leur énergie.

S’il y a apprentissage, il se fait sur le terrain à la croisée des chemins entre des disciplines incompatibles, entre des réseaux qui pensent ne rien avoir en commun. En-dehors des silos.

Copiloter plutôt que conseiller

Si nous parlons de copilotage c’est que personne ne peut vous indiquer ce qu’il faudrait faire dans votre situation. Personne de sérieux ne peut prétendre le faire.

Mais quelle que soit la taille et l’ambition du projet, nous savons aussi que l’expérience accumulée est utile. Elle démine le passage, voit au travers des faux-semblants et permet de gagner du temps. Beaucoup de temps.

Au final il faudra que le porteur de projet ait trouvé son indépendance. Il n’y a pas de magie et nos outils, nos savoir-faire sont transférables. À terme nous ne devons jamais rester indispensables.