HR is Powerless!

I have been meaning to write this article for ages and not daring to say some obvious truths about organizations and how they think as a collective. Since the work that I do is on the « soft » human side, it has often been associated with HR, but a great number of my work to change organizations is not ordered by HR. And the best programmes that I do are not sponsored by HR, they are backed by CEOs themselves, Executive Committees and high level management. In many instances I have found that HR is powerless! Continuer la lecture de HR is Powerless!

Mesurer l’intensité de l’innovation

Après mon article d’hier, il me semblait nécessaire d’aller au bout de la seule discussion technique que je commençais à soulever. Voici donc dans les grandes lignes un outil permettant de mesurer l’intensité de l’innovation. L’outil que j’ai choisi parmi cinq différents est celui que nous utilisons le plus en routine. Pour la petite histoire, je l’avais posée en 2008, quand je faisais encore des levées de fonds, pour permettre à des équipes de startups de communiquer avec leur banque. Continuer la lecture de Mesurer l’intensité de l’innovation

A-t-on sauvé le soldat BPI ?

Ne sachant pas si cela allait être très productif, j’ai beaucoup hésité à parler des changements annoncés par la BPI :

Jusqu’à présent, nous avions une vision trop technologique de l’innovation, ce qui nous obligeait à tordre nos critères de financement pour soutenir certains projets prometteurs. Pour régler ce problème, nous avons donc pris le temps d’opérer un changement profond dans notre stratégie d’investissement – Paul-François Fournier, BPI

Si l’agitation brownienne de la Frenchtech autour des clochers de village ne peut conduire à rien, l’ouverture de la BPI à l’innovation non-technologique est peut-être, enfin, celle d’une bascule complète de notre économie. Continuer la lecture de A-t-on sauvé le soldat BPI ?

Ô capitaine ! Mon capitaine !

La levée de fonds de Capitaine Train dont je parlais dans mon dernier article est assez intéressante. Elle correspond à ce que l’on peut attendre d’une startup qui à l’échelle d’un marché de plus de 60 millions de personnes, parvient à détourner le business d’un opérateur national à son profit. Continuer la lecture de Ô capitaine ! Mon capitaine !